03/18 Construire l’Église ensemble : l’importance de l’équipe

Derrière chaque grand homme, il y a le plus souvent toute une équipe. Le pasteur baptiste Billy Graham qui vient de disparaître à l’âge de 99 ans avait su s’entourer de personnes compétentes et  fidèles.

Si ce grand et reconnu prédicateur de l’Évangile a rassemblé des millions de personnes lors de ses campagnes d’évangélisation, comme ce fut le cas plusieurs fois en France dont la dernière en 1986, c’est parce qu’avec l’association qu’il avait créée très tôt dès 1951, celui qui « murmurait » à l’oreille des présidents américains pouvait compter sur l’appui d’une solide et fiable organisation composée d’hommes et de femmes dévoués. D’une dizaine de personnes dans les toutes premières années, la BGEA (Billy Graham Evangelistic Association) compte maintenant des centaines de personnes, salariées ou bénévoles. Billy Graham, dont l’ambition était de devenir champion de base-ball, savait apprécier l’importance de l’équipe pour gagner… des âmes au Christ désormais.

Image (Construire l'Église ensemble : l'importance de l'équipe) Billy Graham avait très vite compris que pour être efficace, rien ne pouvait remplacer le dynamisme du collectif. Si nous pouvons évoquer en 2018 la figure emblématique de Martin Luther King à travers l’Exposition « MLK 50 ans après », c’est aussi parce que cet apôtre de la non-violence avait su mobiliser autour de lui, dans son combat pour les droits civiques pour tous, des hommes et des femmes qui pour la plupart sont restés, eux, dans l’ombre. Mais sans leur engagement, parfois jusqu’à l’extrême, la cause portée par MLK n’aurait pas eu le retentissement qu’on lui connaît.

L’histoire biblique est jalonnée de tels exemples : Abraham et ses serviteurs, Noé et ses proches, Moïse et les anciens d’Israël, David et ses compagnons, Salomon et ses conseillers, etc. L’histoire de l’Eglise chrétienne n’a-t-elle commencé aussi comme cela ? Jésus et ses disciples, Paul et ses collaborateurs…

Paul termine d’ailleurs nombre de ses lettres en mentionnant son réseau d’amis. Il est facile de caricaturer Paul comme un solitaire idéaliste, mais c’est un homme avec une riche palette d’amitiés. Le dernier chapitre de Romains, par exemple, est largement consacré à ses nombreux amis hommes et femmes, collaborateurs fidèles.

Dans tous les cas, la fidélité et la confiance sont les deux piliers déterminants d’une telle réussite, qui ne repose pas sur une seule personne mais sur tout un collectif, toute une communauté.

En honorant la mémoire de celles et ceux qui ont marqué l’histoire, comme ce fut le cas pour le pasteur Billy Graham, nous voulons aussi rendre hommage à celles et ceux qui s’engagent dans l’ombre à soutenir la cause portée par un homme ou une femme que nous dirons d’exception. Mais il n’y a rarement d’exception sans une équipe exceptionnelle

Image (Construire l'Église ensemble : l'importance de l'équipe)

La thématique de la Fédération Baptiste pour l’année en cours « Construire l’Eglise ensemble » porte en elle cette dynamique pour nos communautés. Le « ensemble » est déterminant pour que le Royaume de Dieu se développe et progresse dans les cœurs.

Marc Deroeux, Secrétaire général

Par |2018-05-01T09:26:01+00:00Le 01/03/2018|L’édito du mois|