Comment les baptistes et les catholiques ont cherché un terrain d’entente

Le Pape François a caractérisé l’acte de la prédication comme une reprise d’une conversation qui dure déjà depuis longtemps dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium (« Sur l’annonce de l’Évangile dans le monde d’aujourd’hui ») de 2013. « L’homélie reprend le dialogue que le Seigneur a déjà établi avec le peuple [de Dieu] « , a-t-il dit.

Dans le même ordre d’idées, la dernière réunion de la Commission mixte baptiste-catholique pour le dialogue international, qui s’est tenue à Rome du 9 au 15 décembre, a repris à plus d’un titre un dialogue déjà bien établi. Elle a participé à une conversation beaucoup plus large entre Dieu et le peuple de Dieu depuis que Jésus a prié pour que ses disciples « soient tous un » (Jean 17.21) et entre le peuple de Dieu et les uns les autres depuis qu’il a été rapporté à l’apôtre Paul à propos de la communauté chrétienne corinthienne « qu’il y a des disputes entre vous. » (1 Corinthiens 1.11).

Cette conversation s’est intensifiée avec l’avènement du mouvement œcuménique moderne, né du mouvement missionnaire moderne, et s’est élargie au lendemain du Concile Vatican II de l’Église catholique (1962-65). Vatican II a marqué l’adhésion de l’Église catholique au mouvement œcuménique moderne, qui a commencé en dehors de l’Église catholique, en tant qu’œuvre de l’Esprit Saint, ainsi que la reconnaissance que les chrétiens non catholiques sont des « frères et sœurs séparés »en Christ.

Ces développements ont à leur tour conduit l’Église catholique à initier des dialogues œcuméniques formels avec d’autres communions chrétiennes mondiales, y compris l’Alliance baptiste mondiale (BWA).

Bien que le premier dialogue international baptiste-catholique n’ait pas eu lieu avant 1984-1988, les baptistes et les catholiques ont agi plus localement sur ces nouveaux développements peu après le Concile Vatican II. En 1967, the American Baptist Convention (aujourd’hui the American Baptist Churches USA) a entamé un dialogue au niveau national avec la Conférence des évêques catholiques des États-Unis. En 1968, l’Université Wake Forest a lancé un Institut œcuménique (plus tard en partenariat avec le Belmont Abbey College, fondé par l’Ordre des Bénédictins), qui s’est d’abord concentré sur le dialogue baptiste-catholique et a ensuite aidé à la naissance de « Dialogues officiels entre Baptistes du Sud et théologiens catholiques » qui ont débuté en 1978 et ont été suspendus en 1999 suite à la transformation conservatrice de la Convention Baptiste du Sud.

Des dialogues baptistes-catholiques importants au niveau national ont également eu lieu en dehors du contexte américain, par exemple en France et en Allemagne.

Le dialogue spécifique que les membres de la Commission mixte baptiste-catholique ont repris à Rome au début de ce mois a commencé en 1984 avec la phase I du dialogue international entre le BWA et le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, qui est la division de la curie du Vatican chargée des relations avec les autres communautés chrétiennes. La phase I du dialogue a porté sur le thème du « Témoignage chrétien dans le monde d’aujourd’hui ». Après cette série de conversations qui s’est terminée en 1988, le dialogue a publié le rapport intitulé « Summons to Witness to Christ in Today’s World ».

Enraciné dans les engagements communs que les délégations ont reconnus à l’égard de Jésus-Christ, de l’autorévélation de Dieu comme Sauveur et Seigneur et de la mission de l’Église de témoigner de la bonne nouvelle que Dieu a annoncée au-travers du Christ, le rapport identifie quelques domaines de différence à approfondir : autorité et méthode théologiques, forme de la koinonia ecclésiale, relation entre foi baptême et témoignage chrétien, et place de Marie dans la foi et la pratique.

Le rapport s’est conclu ainsi : « Les conversations entre baptistes et catholiques romains ne conduiront pas dans un avenir proche à la pleine communion entre nos deux corps. Ce fait, cependant, ne devrait pas empêcher l’élaboration de moyens concrets de témoigner ensemble à l’heure actuelle. Cette coopération se fait déjà de diverses manières : traduction des Écritures dans les langues autochtones, enseignement théologique, souci commun et aide commune pour faire face à la famine et aux autres catastrophes naturelles, soins de santé pour les défavorisés, défense des droits de l’homme et de la liberté religieuse, travail pour la paix et la justice, et renforcement de la famille. Les baptistes et les catholiques pourraient améliorer leur témoignage commun en parlant et en agissant ensemble davantage dans ces domaines et dans d’autres. Toute une série de questions vitales pour la survie de l’humanité est devant nous. »

Ce n’est qu’en 2006 que la phase II du dialogue a repris cette conversation, reprenant les points de divergence qui avaient besoin d’être explorés plus avant. Après la conclusion de cette phase en 2010, il a publié un rapport substantiel, « La Parole de Dieu dans la vie de l’Église », détaillant à la fois un degré surprenant de convergence sur ces questions ainsi que la manière dont les baptistes et les catholiques mais aussi de divergences majeurs.

Baptist-Catholic joint commission in Rome, December 2009

Aujourd’hui, la Phase III, qui a commencé par une réunion organisée au Baylor University’s Truett Theological Seminary à Waco, Texas, en décembre 2017, a repris cette conversation en s’appuyant sur les convergences au milieu des questions de différence atteintes dans la Phase II et en revenant sur le défi de la Phase I pour travailler à « la définition des moyens concrets pour témoigner ensemble dans l’époque actuelle ». Le thème général de la phase III est « La dynamique de l’Évangile et le témoignage de l’Église ».

Au cours des quatre premières années de cette série, nous aborderons quatre aspects de ce thème : « Sources du témoignage commun « ,  » Contextes du témoignage commun « ,  » Défis du témoignage commun  » et  » Formes du témoignage commun « , la cinquième année étant réservée au travail de préparation du rapport résumant nos conclusions.

À quoi ressemble un dialogue œcuménique ?

Pour ceux qui ont une certaine expérience de l’enseignement supérieur, c’est un peu comme une réunion départementale de professeurs qui dure la majeure partie de la journée, cinq jours de suite – sauf que c’est infiniment plus intéressant (du moins pour moi) et plus important pour la vie du peuple de Dieu (c’est ce que nous croyons). En fait, parce que nous présentons et discutons aussi d’articles à divers moments de la réunion, ce serait plus comme un croisement entre une réunion marathon de la faculté et une petite conférence universitaire.

Cette année, à Rome, lors de la dernière réunion de la Commission mixte baptiste-catholique pour le dialogue international, nous avons abordé les « Contextes du témoignage commun » dans le cadre de notre exploration continue du thème « La dynamique de l’Évangile et le témoignage de l’Église » pendant la phase actuelle de cinq ans des entretiens.

Des membres de notre commission mixte et des observateurs invités ont été chargés de présenter des documents sur cinq contextes géographiques dans lesquels nous envisageons des baptistes et des catholiques témoignant ensemble du Christ : Europe, Amérique du Nord, Amérique latine, Afrique et Asie.

En cette année de #MeToo, il est intéressant de noter que les conférenciers baptistes et catholiques qui ont présenté des articles sur des contextes géographiques multiples ont identifié les attitudes patriarcales et les actions oppressives envers les femmes comme des questions urgentes que l’Église doit aborder dans son témoignage évangélique.

Alors que les deux phases précédentes des conversations ont utilisé une approche comparative pour identifier les points communs et les différences dans la foi et la pratique baptistes et catholiques, avec la phase III – au cours de laquelle de nombreux membres des deux délégations ont travaillé ensemble en tant que membres de la commission mixte pour la phase II – nous sommes passés du travail comparé au travail en collaboration, cherchant ensemble à envisager des possibilités pour offrir le témoignage commun. Après avoir discuté des présentations de documents pour stimuler notre réflexion pendant la première moitié de la semaine, nous nous sommes divisés en petits groupes de travail pour rédiger des sous-sections d’un mémorandum de nos conclusions constructives, qui seront révisées au cours des prochains mois et examinées au début de la réunion de l’année prochaine. Ces mémorandums révisés serviront de matière première que nous transformerons en rapport final pour la phase III au cours de la cinquième année de la présente série.

L’un des temps forts de la rencontre de cette année a été la visite de la commission mixte de l’Église évangélique baptiste de Trastevere, un quartier romain où l’Église offre un témoignage baptiste depuis 1873. Nous avons été profondément touchés par le témoignage de cette communauté aujourd’hui sous forme de solidarité et de plaidoyer en faveur des réfugiés d’Afrique du Nord qui se retrouvent souvent sans abri dans les rues de Rome.

Un autre fait saillant a été une brève visite avec le pape François à la fin de son audience générale hebdomadaire. Au début de la Phase II, nous avions eu une audience privée avec le Pape Benoît XVI, et nous avons eu le plaisir de voir ses yeux s’illuminer lorsqu’il s’est penché avec grand intérêt en apprenant que nous avions trouvé utile cette semaine un commentaire sur un des documents clés de Vatican II qu’il avait écrit comme jeune théologien – se transformant instantanément du Pontifex Maximus en un universitaire qui venait de découvrir que venait d’être lu quelque chose qu’il avait écrit des décennies plus tôt.

Lorsque nous avons rencontré le Pape François, nous avons été impressionnés par sa joie authentique. Il nous a salués en nous implorant :« Priez pour moi », et nous l’avons assuré que nous le faisions et que nous continuerons à le faire. Quand on nous a présenté à lui comme étant la Commission mixte de dialogue international baptiste-catholique, le pape François nous a dit : « Nous devons trouver un moyen de nous réunir, sinon ils nous mangeront tout crus ! » (Nous avons interprété cela comme signifiant quelque chose comme, « Si nous ne trouvons pas un moyen de vivre dans l’unité, les ennemis de l’Évangile nous dévoreront vivants ! « )

Que Dieu nous aide à trouver un moyen de nous réunir, par Jésus-Christ notre Seigneur, afin que le monde soit transformé par la bonne nouvelle que Dieu a fait connaître en Christ.

Membres du dialogue international Baptiste-Catholique et le Pape François
(Photo: L’Osservatore Romano Photographic Service)

Un article de Steven R. Harmon

Professeur agrégé de théologie historique à la Gardner-Webb University School of Divinity de Boiling Springs, Caroline du Nord, a été membre de la délégation baptiste à la Phase II du dialogue international baptiste-catholique (2006-2010) et co-secrétaire de la Phase III (2017-2021). Son livre le plus récent : Baptist Identity and the Ecumenical Future: Story, Tradition, and the Recovery of Community (Baylor University Press).

Par |2019-01-10T13:52:08+00:00Le 10/01/2019|Baptistes ailleurs, Théologie|