Changer le visage de la mode éthique

AUSTRALIE – par Libby Sanders

En avril 2018, Baptist World Aid Australia a publié son cinquième rapport sur la mode éthique, évaluant et classant les entreprises sur la protection des droits du travail dans leurs chaînes d’approvisionnement.

The Ethical Fashion Report est le premier rapport du projet « Behind the Barcode »de Baptist World Aid Australia, qui publie des recherches et plaide auprès de diverses industries afin d’améliorer les droits du travail dans leurs chaînes d’approvisionnement. Nous avons discuté avec Libby Sanders, un auteur clé du projet, pour savoir comment, cette année, cinq ans après le début de ce rapport, les entreprises et le public ont réagi.

Pourquoi Baptist World Aid produit-il ce rapport éthique sur la mode ?

Le rapport sur la mode éthique est une initiative de plaidoyer de la part de Baptist World Aid Australia, qui s’efforce d’influer sur le changement des systèmes qui perpétuent la pauvreté et l’exploitation. Le rapport participe à ce changement en engageant et en donnant aux consommateurs les moyens de faire des choix éclairés sur les produits qu’ils achètent et en incitant l’industrie de la mode à mettre en place des systèmes de gestion des droits du travail solides.

En avril 2018, avant le cinquième anniversaire de l’effondrement du bâtiment Rana Plaza, Baptist World Aid Australia a publié son cinquième rapport éthique sur la mode, évaluant et classant les entreprises sur la protection des droits du travail dans leurs chaînes d’approvisionnement. Pour des millions de travailleurs à travers le monde, l’industrie mondiale de la mode est un important fournisseur d’emplois et, bien qu’il existe un grand potentiel pour améliorer la vie des travailleurs et de leurs communautés dans les pays à faible revenu, le secteur mondial de la mode reste un lieu connu d’exploitation de millions de personnes. En fin de compte, notre espoir est d’influencer un changement dans cette industrie pour faire face aux risques d’exploitation.

Quel était l’espoir de l’équipe dans la production de la 5ème édition du « Ethical Fashion Report » ?

Il a été un moteur pour l’amélioration continue des systèmes de gestion des droits du travail dans la chaîne d’approvisionnement mondiale de la mode pendant cinq ans et nous sommes heureux de constater que le rapport de cette année a enregistré des progrès importants dans des domaines clés de notre recherche. La traçabilité n’est qu’un des principaux domaines de changement : parmi les entreprises évaluées, nous avons constaté une augmentation de 17% des entreprises en 2013 à 42% en 2018, qui travaillent à la localisation de leurs matières premières (comme le coton) et de 49% des entreprises en 2013 à 78% en 2018 qui travaillent à la localisation de leurs tissus. C’est un domaine passionnant de progrès. Une entreprise doit savoir d’où proviennent ses produits. C’est la première étape essentielle pour pouvoir influencer les conditions de ses travailleurs. Nous avons également procédé à une évaluation initiale des efforts des entreprises pour atténuer leur impact environnemental dans notre rapport de 2018. Nous avons posé 11 questions portant sur des indicateurs clés tels que les impacts sur le climat, les pratiques de gestion des produits chimiques, l’utilisation de l’eau et la réalisation d’une évaluation des incidences sur l’environnement. Cette recherche préliminaire était révélatrice, démontrant une corrélation significative entre les systèmes de droits du travail les plus forts et les systèmes environnementaux solides. Cette recherche a été notre première étape et nous prévoyons de l’inclure dans nos futurs rapports pour stimuler les progrès sur cette question cruciale.

Quelle a été la réaction du public à ce rapport jusqu’à présent ?

Chaque année, nous publions le Ethical Fashion Report. Nous sommes encouragés de voir un engagement plus profond et plus large du public. Cette année encore, le lancement du rapport dans les médias a été très médiatisé, ce qui représente une portée incroyable sur les médias sociaux. Au final, le nombre de guides commandés a également augmenté, aidant ainsi davantage de consommateurs à faire des choix éclairés. Cette année, nous avons également vu le public poser des questions plus éclairées et plus nuancées sur notre recherche et le sujet de la mode éthique de manière plus large. Cela nous montre que la question d’une mode éthique n’est pas simplement une tendance, mais devient un changement profondément enraciné dans la façon dont les gens abordent leur consommation. Il est très encourageant de voir des prises de décision fondées sur des valeurs à la caisse, avec plus de consommateurs considérant les personnes qui fabriquent leurs vêtements.

Est-ce que l’équipe a été surprise par la réaction ?

Nous sommes évidemment incroyablement encouragés à Baptist World Aid de voir ça! Nous sommes toujours ravis d’observer la croissance continue dans l’engagement chaque année. Nous publions le rapport et nous sommes fiers que le travail atteigne et connecte des personnes profondément ancrées dans l’Église australienne et largement dans le pays avec le grand public. Cela contribue certainement à dynamiser notre travail. Nous entendons régulièrement parler des entreprises avec lesquelles nous menons des recherches pour que leurs efforts de sensibilisation et de plaidoyer continuent de susciter l’intérêt des consommateurs. Nous encourageons donc nos défenseurs à avoir un impact réel sur l’industrie également !

Est-il devenu plus facile d’engager des entreprises dans ce projet ?

Au cours des cinq dernières années, de nombreuses entreprises ont véritablement cherché à comprendre et à assumer leurs responsabilités vis-à-vis des travailleurs de leur chaîne d’approvisionnement. Nous constatons alors que de nombreuses entreprises sont à la fois intéressées et désireuses de participer à la recherche du rapport. Il y a encore un petit nombre d’entreprises qui choisissent, pour diverses raisons, de ne pas s’engager dans ce processus. Nous reconnaissons que ces entreprises peuvent faire plus pour améliorer leur approvisionnement éthique que nous ne sommes en mesure de les évaluer, mais la transparence limitée de ces systèmes rend quasiment impossible pour les consommateurs et le public le fait de savoir si des mesures d’atténuation suffisantes des risques sont en place. Nous encourageons le public à se joindre à nous pour demander à ces entreprises de faire le nécessaire pour protéger les travailleurs dans leur chaîne d’approvisionnement. Bien que nous ayons régulièrement des discussions et des débats solides avec les entreprises sur le sujet, nous apprécions les relations saines que nous entretenons avec le secteur. Nous sommes heureux de pouvoir travailler de manière productive avec plus de 100 entreprises pour mettre en évidence les progrès réalisés dans le secteur et, à terme, constater des améliorations dans les systèmes de gestion de la chaîne logistique.

En plus d’utiliser ce rapport, qu’est-ce que les gens peuvent faire de plus pour s’assurer qu’ils fassent leurs courses de manière éthique ?

Bien entendu, nous croyons fermement que le magasinage implique un plaidoyer – utiliser nos voix à la fois pour demander aux entreprises de faire plus pour protéger les travailleurs dans leurs chaînes d’approvisionnement, et pour remercier les entreprises des changements déjà entrepris. Nous avons eu récemment des discussions sur nos blogs sur la Fast Fashion et sur le consumérisme lui-même. Cette dynamique culturelle qui facilite l’exploitation, la dégradation de l’environnement et la cruauté envers les animaux va bien au-delà de la mode. En fin de compte, le consumérisme est un modèle brisé qui distrait les gens et les sociétés de ce qui est réellement bon – leurs relations avec les gens, la planète et Dieu. Nous pensons qu’il est important que les chrétiens prennent en compte et luttent contre ces idées lorsque nous considérons ce que le commerce peut représenter pour nous. Vous pouvez en savoir plus sur le rapport de mode éthique de cette année et en télécharger une copie ici.

Par |2018-08-09T09:52:46+00:00Le 09/08/2018|Baptistes ailleurs, Éthique|